Envoyez une ou des photos à l'adresse marine-maubec@orange.fr et je me ferai un plaisir de vous répondre et de faire partager au plus grand nombre, si vous m'y autorisez, photos et identification.

Un collectionneur nous adresse ces deux photos d'un "caban" du modèle 1878, lequel s'appelle alors réglementairement "paletot". 

Ce caban 1878 est à deux fois cinq boutons (on ne voit pas ici les deux boutons supérieurs, mais on remarque les cinq boutonnières passepoilées), dont trois boutonnants. Ses manches sont doublées en toile grise. Une des doublures porte le matricule d'un marin inscrit maritime de Marseille au format en vigueur jusqu'en 1891 (n° + MAR). Ce type de paletot restera en dotation jusqu'en 1925 (à quelques différences près), année à partir de laquelle sa confection sera simplifiée avec des poches quasi-verticales dites "Raglan" passepoilées à la place des poches à rabats. 

Une nouvelle modification interviendra en 1938 avec le passage à deux fois quatre boutons, dont trois boutonnants. Ce dernier modèle sera en vigueur jusqu'à nos jours avec des ancres brodées sur une pattelette ovale.

caban 1878

caban 1878 int

Le 4 mars 2021 était mis en vente aux enchères un intéressant chapeau (dit "monté") que les experts (?) n'ont su réellement identifier dans leur description. Cette coiffure de marine est remarquable, avec sa ganse en grosses torsades et son bouton à l'ancre couleur argent, son galon en soie noire des officiers généraux et sa plume d'autruche noire.

Peu de corps d'officiers de la marine dont les garnitures d'uniforme sont argent ont eu des hauts-fonctionnaires ou des officiers généraux. Il n'y en eut en vérité que deux : les commissaires et les trésoriers des Invalides de la marine (6 à 9 commissaires généraux en service), ce dernier ayant un effectif très faible (un seul trésorier général).

Nous sommes donc ici selon toute vraisemblance en présence d'un chapeau de commissaire général du modèle 1853-70 qui restera en vigueur jusqu'en 1902 (13 mai), année à partir de laquelle le commissariat reçoit des garnitures or. Le chapeau des commissaires généraux reçoit alors un galon or – c'est le cas pour tous les officiers généraux des corps assimilés – et une ganse en grosses torsades et un bouton de même couleur. Ce dernier chapeau est nettement plus courant.

Il irait parfaitement avec une habit actuellement en vente sur le site de Bertrand Malvaux :

https://www.bertrand-malvaux.com/fr/p/32306/unifor...

bicorne CRG

habit commissaire général

Envoyée par un collectionneur, voici la photo d'un joli paletot de matelot du modèle 1858, tout à fait authentique : en atteste son marquage (effet qui a été reçu par la division d'incorporation de Brest en 1873). 

Ce modèle sera porté par toute la hiérarchie de l'équipage, y compris les maîtres et premiers maîtres en tenue de travail, jusqu'au 14 janvier 1874. Un stock important devra être écoulé après cette date... et l'effet va subsister jusqu’en 1890, mais sous la dénomination de "veste" à la coupe légèrement modifiée, pour les seconds maîtres et les musiciens.

paletot 1858

marquage paletot 1858

Un collectionneur nous envoie cette photo de trois coiffures de marin que chacun d'entre nous apprécierait d'avoir dans sa propre collection :

Un chapeau en feutre verni noir qui fait son apparition officielle le 1er juillet 1831 et coiffera les mousses, matelots, quartiers-maîtres et seconds maîtres jusqu'au 29 mai 1876 (20 mars 1882 pour les marins vétérans, équivalents à ceux qui servaient il y a encore quelques dizaines d'années dans les directions de port). Le modèle présenté ici date des années 1870, le chapeau porté sous le Second Empire ayant ses bords relevés qui lui donnait un air assez disgracieux. Son ruban "Equipages de la Flotte" doit avoir deux bouts flottants l'un de 30 cm, l'autre de 25, invisibles ici.

Un chapeau de paille qui existe réglementairement depuis le 24 décembre 1835 et peut être orné d'un ruban légendé officiellement depuis le 27 mars 1858 (ruban à bout flottants jusqu'au 24 décembre 1891). Il a une existence plus longue que le chapeau noir ; il peut être porté par les seconds maîtres jusqu'au 27 février 1896 et, pour le reste de l'équipage, jusqu'au 6 février 1922. Depuis 1872, il peut être recouvert d'une coiffe blanche. Ici, le ruban du Courbet, cuirassé du type Dévastation en service de 1886 à 1909, sans bouts flottants, situe le chapeau sur la période de 1891 à 1909.

Un bonnet. Son ruban légendé n'est plus à bouts flottants mais à bouts rabattus avec les ancres aux diamants juxtaposés. Cet exemplaire se situe donc entre 1891 et le 20 avril 1912 (disparition des ancres du ruban), plus exactement entre 1898 et 1912, le cuirassé Gaulois de type Charlemagne étant entré en service en 1898.

device_photo_1-4

05/02/2021

Voici un joli mannequin de contre-amiral à la fin des années 1920.

La redingote est à col ouvert depuis 1926, mais encore en drap bleu marine, presque noir, le bleu "Louise" plus clair n'étant adopté qu'en 1931.

Les glands de la ceinture de commandement, les épaulettes, la dragonne de l'épée, la coquille de cette dernière, et les manches portent les deux étoiles en argent du grade.

IMG_1137

Voici encore un effet de médecin : un habit de médecin en chef du modèle 1891, porté avec ses pattes mobiles brodées jusqu'en 1902. Les habits des officiers supérieurs sont alors ornés d'un splendide écusson brodé à la taille ; à partir de 1902, seuls les officiers d'un grade équivalent à capitaine de vaisseau (en plus des officiers généraux) le conserveront.

habit 1891 méd chef 1

habit 1891 méd chef 2

On m'envoie cette photo d'une casquette, dans un superbe état de fraîcheur, de médecin général de 2e classe. Cette casquette doit dater des année 1920, compte tenu de la pente apparente de sa visière. Rappelons que le grade de médecin général de 2e classe a pris la place de celui de directeur du service de santé le 27 juillet 1907, et que l'ancre directement brodée sur la toque a été remplacée par le macaron spécifique des officiers généraux de corps assimilé le 28 décembre 1928.

casquette 1920 médecin général 2e classe

08/01/2021

Un collectionneur met mes connaissances uniformologiques à rude épreuve avec une très belle redingote à l'apparence "marine" mais qui ne me paraît pas relever d'un corps de la marine. Pourtant, les parements sont identiques à ceux des inspecteurs puis des contrôleurs de la marine...

Mais, les contrôleurs généraux de la marine portaient une redingote :

- jusqu'en 1926 à col fermé, sans distinctives à celui-ci (même pas les écussons des autres officiers généraux de corps assimilés), avec cependant des parements brodés identique à ceux du vêtement présenté ;

- à partir de 1926 et avant 1931 et l'adoption du drap bleu Louise (le vêtement présenté est en drap bleu "noir"), à col ouvert, sans distinctives au col (idem) mais avec des parements brodés.

De plus, l'uniforme des inspecteurs puis contrôleurs de la marine a toujours été évoqué par les textes principaux relatifs à l'uniforme de la marine : 1891, 1902, 1923, 1931... jusqu'en 1939, lorsque l'amarante et l'or de la ceinture et du ceinturon porte-épée sont remplacés par le noir et l'or. On n'est donc pas ici en présence d'un effet de contrôleur de la marine... bien que Louis Fallou ait attribué (à tort, car nulle trace dans les textes réglementaires de la marine) le bouton aux contrôleurs de la marine à partir de 1883.

Alors quelle hypothèse formuler ? Je penche pour l'attribution de cet effet à un contrôleur général des colonies.

Les inspecteurs des colonies ont été créés par le décret du 25 novembre 1887 à partir des ressources humaines du commissariat de la marine et de l'inspection de la marine, ce qui était normal puisque les colonies relevaient du ministère de la marine jusqu'en 1894 (date à partir de laquelle on parle semble-t-il de contrôleurs des colonies). A partir de cette époque, l'uniforme de ces contrôleur a pu diverger de celui de la marine, tout en gardant l'ancre dans la symbolique (comme d'ailleurs les administrateurs des colonies qui ont en plus le croissant si caractéristique).

Si un connaisseur a un autre avis, merci de le partager avec moi en me contactant par mail personnel...

redingote contrôleur des colonies 1

redingote contrôleur des colonies 2

05/05/2019

Un collectionneur partage avec nous la photo d'une de ses récentes acquisitions. Il s'agit d'un ensemble de capitaine de corvette.

Le manteau du modèle 1891, porté à col ouvert à partir du 11 avril 1926 et remplacé par le manteau actuel à 2 fois 4 boutons le 22 janvier 1931, est remarquable. Ses insignes de grade sont de dimensions réduites, lesquelles sont autorisés du 18 mai 1917 au 1er janvier 1924.

P1060189

01/11/2018

Je partage avec vous une récente acquisition.

Il s'agit d'un rare veston de contrôleur de 3e classe, conforme à l'arrêté du 6 mars 1947 déterminant l'uniforme des fonctionnaires du contrôle de la marine.

On y trouve les insignes distinctifs du corps du contrôle: broderies d'or figurant des feuilles de chêne et d'acanthe sur fond bleu, au niveau des brides d'épaulette, et écusson spécial de 20 mm de hauteur, brodé or, figurant une ancre encadrée de feuilles de chêne et d'acanthe, surmontant les quatre galons or.

P1100917

P1100919

P1100918

30/04/2018 (mise à jour le 29/08/18)

M. Vincent Duclos nous envoie la photo d'une épée de vice-amiral du Second empire.

Non décrite par le décret du 29 janvier 1853 qui n'évoque que l'épée des officiers des corps assimilés de la marine et des fonctionnaires de l'administration centrale du département de la marine, cette épée tire ses caractéristiques à la fois de cette dernière épée pour sa garde entrelacée, de celle de général du modèle 1852 pour son pommeau à l'aigle, et de celle des officiers de corps assimilé pour ses quatre drapeaux auxquels se superpose une ancre, le tout entouré de deux rameaux. S'y ajoutent les trois étoiles du grade.

Notons que la couronne ici ressemble davantage à celle en vigueur sous la monarchie de Juillet, ce qui est fréquent (également le cas sur un modèle identique en notre possession).

Dans l'onglet "les articles sur l'uniforme de marine", nous avons mis en ligne un article sur les épées des officiers généraux de marine (des amiraux) de 1837 à 1957, levant certains doutes exprimés dans notre premier ouvrage (à la page 129).

pée VA 1853 VD'

pée VA 1853 VD

10/03/2018

Un lecteur de cette page perso nous adresse la photo d'une ceinture de "commandement" ou de fonction de soie amarante et or d'officier supérieur de l'inspection des services administratifs et financiers avant 1900, et de fonctionnaire du contrôle de l'administration de la marine après 1902 (changement d'appellation du corps). De 1899 (décret du 2 mai) à 1900 (décret du 21 juillet), cette ceinture sans étoiles argent sur les glands est portée par l'inspecteur général des services administratifs de la marine, les inspecteurs en chef de 1re et de 2e classe, les inspecteurs de 1re et de 2e classe et les inspecteurs adjoints. De 1900 à 1939 (décret du 25 avril), elle n'est plus portée que par les inspecteurs, puis contrôleurs, de 1re et de 2e classe et les inspecteurs adjoints, puis contrôleurs adjoints. Les hauts-fonctionnaires de ce corps ont en effet droit aux étoiles sur les glands à partir du 21 juillet 1900, sur une ceinture de soie ponceau ou bleue et or, en fonction de leur grade, puis à partir du 13 mai 1902 sur une ceinture de soie amarante et or identique à celle-ci.

P1090946

14/01/2018

Un collectionneur souhaitant rester anonyme partage avec nous cette superbe paire d'épaulettes de vice-amiral du modèle 1853, accompagnées de leur boîte.

P1050428

18/12/2017

M. Martial Combas initialise la rubrique identification avec un ceinturon porte-épée de commis de l'administration centrale modèle 1853 : boucle à l'ancre couronnée, boutons "marine et colonies", poil de chèvre. A noter que les directeurs, chefs de bureau, sous-chefs de bureau et commis principaux de l'administration centrale portaient quant à eux le ceinturon porte-épée bleu et or avec la même boucle et les mêmes boutons.

ceinturon

ceinturon 4

compteur.js.php?url=8G3ZAH2XDq8%3D&df=7G